Catégories
Actualités Insolites

Se souvenir de la dernière série mondiale à jouer dans un stade de baseball

La dernière fois que les World Series ont eu lieu en un seul stade, il y avait un peu d'énigme sur l'endroit où les deux managers allaient rester.

C'était en 1944. La Seconde Guerre mondiale faisait rage. Les ligues majeures ont continué avec des listes de rag-tag. Et l'humble St. Louis Brown a réussi à remporter le fanion AL.

Cela a mis en place une «série de tramways» contre les cardinaux beaucoup plus populaires de Saint-Louis, qui se sont rendus au fanion de la NL tout en partageant Sportsman Park avec les Browns.

Voici le hic: comme il y avait une pénurie de logements pendant la guerre et que les équipes n'étaient jamais à la maison en même temps pendant la saison régulière, les deux managers – Luke Sewell des Browns et Billy Southworth des Cardinals – partageaient un appartement. .

Bien sûr, ils devaient tous les deux être à Saint-Louis pour les World Series.

«Aussi admirable qu'ait pu paraître cette démonstration de coopération inter-ligues au cours de la saison, il ne serait jamais suffisant pour les managers adverses de s'asseoir dans le même salon après un match des World Series, sirotant du bourbon et bavardant poliment avec leurs femmes», écrit William B. Mead dans son livre «Even The Browns: The Zany, True Story of Baseball in the Early Forties».

«En outre, Sewell voulait inviter sa mère, et on ne pouvait pas s'attendre à ce que Mme Southworth supporte une belle-mère de la mauvaise famille et, en fait, de la mauvaise ligue.

Heureusement, selon Mead, un autre résident de l'immeuble était hors de la ville pendant le mois. Les Southworths ont pu emménager dans l'unité inoccupée pendant la série, étouffant cette crise potentielle.

Le logement des cadres ne sera probablement pas un problème lorsque la Série mondiale de cette année se tiendra entièrement au Globe Life Field à Arlington, au Texas, en raison de la pandémie de coronavirus. Mais il y aura beaucoup d'autres questions logistiques à régler lors de la série sur sites neutres – notamment, si les fans pourront y assister après une saison au cours de laquelle tous les matchs ont été disputés dans des stades vides.

Il y a soixante-seize ans, Sportsman Park était rempli pendant six jours consécutifs – pas besoin de jours de voyage avec les deux équipes à la maison – pour ce qui serait le seul all-St. Série mondiale de Louis.

(Le seul autre stade à avoir accueilli une série mondiale entière était le Polo Grounds, où les Giants de New York ont ​​vaincu leurs locataires d'alors, les Yankees de New York, en 1921 et 1922. Le Yankee Stadium a ouvert ses portes en 1923, et le reste appartient à l'histoire.)

Le maire Aloys P. Kaufmann a proclamé la semaine commençant le 2 octobre 1944 comme «St. Louis Baseball Week. » La ville s'est pratiquement arrêtée pour encourager ses deux équipes alors qu'elles se disputaient la couronne ultime du baseball.

«Les billets de siège réservés ont été achetés à six pour 37,50 $, et scalpés à six pour 150 $», a écrit Mead. «Les gradins du champ central, maintenus vides pendant la plupart des matchs pour fournir un arrière-plan sombre aux frappeurs, ont été vendus pour la série. Le temps des manches de chemise signifierait un fond de chemises blanches, idéal pour les lanceurs rapides »tels que Mort Cooper et Max Lanier des cardinaux et Denny Galehouse des Browns.

Les Cardinals étaient de grands favoris, après avoir atteint leur troisième fanion consécutif avec un record de 105-49. Alors que de nombreux joueurs de haut niveau s'étaient enrôlés ou avaient été enrôlés dans l'effort de guerre, les Cards avaient toujours un casting notable de superstars, dont le futur Hall of Famer Stan Musial et le MVP de la ligue Marty Marion.

Les Browns, longtemps l'une des pires équipes de l'AL, ont rassemblé une liste de vagabonds qui a tiré le meilleur parti de son talent. Alors que les Cardinals ont remporté le titre NL par 14 1/2 matchs, la course de fanions AL s'est terminée jusqu'au dernier jour. Les Browns ont battu les Yankees de New York 5-2 devant une foule de plus de 35 000 personnes au Sportsman Park, de loin le plus grand taux de participation de la saison. Ils ont terminé 89-65, devançant Detroit par un seul match.

«Ils ont gagné en grande partie au pluck, obtenant plus de points avec leurs coups sûrs que n'importe quelle équipe de la ligue», a écrit Mead, décédé il y a deux ans. «La moyenne au bâton de l’équipe des Browns de .252 était septième de la Ligue américaine, mais ils ont terminé deuxième derrière Boston en points.»

Dans la Série mondiale, les Browns ont en fait pris une avance de 2-1 derrière les performances de lancers stellaires de Galehouse dans le match 1 et Jack Kramer dans le match 3. Mais les Cardinals ont limité les Browns à seulement deux points au cours des trois derniers matchs pour remporter le championnat, quatre matchs contre deux.

Par la suite, le propriétaire des Browns, Don Barnes, et le directeur général Bill DeWitt se sont rendus au bureau du propriétaire des Cardinals, Sam Breadon – juste au bout du couloir, nous présumons – pour offrir leurs félicitations.

Réponse de Breadon: «Si nous avions perdu cette série contre les Browns, j’aurais dû quitter la ville. Cela aurait été une honte de perdre contre les Browns.

Il s'avère que ce sont les Browns qui ont finalement quitté la ville. Ils n'ont réussi qu'une seule saison gagnante de plus – en 1945, la dernière année de la guerre, lorsqu'ils ont signé Pete Gray à un bras pour jouer le champ extérieur – avant de retomber dans l'obscurité alors que la vie revenait à la normale. La franchise a déménagé à Baltimore après la saison 1953, se transformant en Orioles beaucoup plus réussie.

À leur dernière saison à Saint-Louis, les Browns ont terminé derniers de la AL avec une fiche de 54-100. Ils ont également soulevé l'arrière en présence, attirant seulement 297 238 personnes dans le parc qu'ils partageaient avec les cardinaux.

Dans les annales de l'histoire du baseball, les Browns sont à peine une note de bas de page. Mais espérons que la Major League Baseball pourra trouver le temps d’honorer cette triste franchise lors des World Series de cette année.

Juste un petit souvenir de cette saison glorieuse où ils ont partagé la plus grande scène de toutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *