Catégories
Actualités Insolites

Le port de lunettes vous protège-t-il du coronavirus?

Cet article est republié ici avec l'autorisation de The Conversation. Ce contenu est partagé ici car le sujet peut intéresser les lecteurs de Snopes; il ne représente cependant pas le travail des vérificateurs de faits ou des éditeurs de Snopes.


Des chercheurs chinois ont découvert que les personnes qui portent des lunettes semblent être moins à risque d'attraper le COVID-19. Les auteurs de l'étude, publiée dans JAMA Ophthalmology, ont remarqué que depuis l'épidémie de coronavirus à Wuhan en décembre 2019, peu de patients porteurs de lunettes ont été admis à l'hôpital souffrant de COVID-19. Pour enquêter plus avant, ils ont collecté des données sur le port de lunettes de tous les patients atteints de COVID-19 dans le cadre de leurs antécédents médicaux.

Leur petite étude a révélé que seulement 16 (5,8%) des 276 patients admis avec COVID-19 portaient des lunettes plus de huit heures par jour. Comme ils ont déterminé que tous ces patients étaient myopes, ils ont ensuite recherché la proportion de personnes atteintes de myopie (myopie) dans la province du Hubei, où se trouve l'hôpital. Ils ont constaté que ce chiffre était beaucoup plus élevé (31,5%), ce qui indique que la proportion d'hospitalisations à courte vue pour le COVID-19 était plus de cinq fois inférieure à ce que l'on pourrait attendre de cette population.

C'est une observation fascinante, mais comme pour toutes les études individuelles, les résultats doivent être traités avec prudence. Bien que la protection des yeux ait toujours été un élément important des équipements de protection individuelle (EPI), l'ampleur de la différence rapportée par cette étude soulève des soupçons. Cela ne veut pas dire que les résultats peuvent ne pas être réels, mais plutôt que nous ne devrions pas commencer à conseiller des changements de comportement à grande échelle (tels que le port de lunettes à côté de nos masques faciaux) tant qu'ils n'ont pas été confirmés de manière indépendante.

Les yeux sont-ils une fenêtre pour le virus?

L'une des étapes clés de toute infection virale est l'entrée initiale dans le corps. Alors que la majeure partie de notre corps est recouverte d'une peau protectrice, qui est très efficace pour empêcher les virus ou les bactéries de pénétrer dans notre corps, des «membranes» beaucoup plus minces recouvrent nos voies respiratoires, notre système digestif et nos yeux. Le rôle de ces membranes plus minces est de permettre à des choses extérieures telles que l'oxygène, la nourriture et dans le cas des yeux, la lumière, de pénétrer dans notre corps. Malheureusement, les virus ont appris à tirer parti de ces points d'entrée.

C'est la raison pour laquelle les EPI sont conçus pour protéger ces points d'entrée, grâce à l'utilisation de masques faciaux, de lunettes et de vêtements de protection. Cependant, alors que nous pourrions imaginer que la principale attaque sur ces régions provient de particules virales transmises dans l'air sous forme d'aérosols, le principal moyen par lequel les particules virales atteignent ces points faibles est en fait via nos mains. D'où le conseil COVID-19 de se laver les mains souvent, pendant 20 secondes ou plus, et d'éviter de toucher nos visages.

Il est donc logique que se couvrir les yeux avec des lunettes puisse offrir une protection supplémentaire, à la fois contre le virus qui peut être transporté dans l’haleine d’autrui, mais aussi pour empêcher les porteurs de se toucher les yeux. En effet, dès février, il y avait des rapports de personnes attrapant le COVID-19 en ne protégeant pas convenablement leurs yeux dans les établissements de santé. On sait également que des points d'entrée similaires dans l'organisme (récepteurs ACE-2) favorisés par le coronavirus sont également présents dans les yeux.

Devrions-nous commencer à porter des lunettes?

Une partie essentielle de l'interprétation de toute preuve provenant d'études observationnelles est de se rappeler que la corrélation (deux choses se produisant ensemble) ne signifie pas nécessairement un lien de causalité (une chose cause l'autre). Pour tester la causalité, un essai ou un test contrôlé est maintenant nécessaire.

Idéalement, cela suivrait deux groupes de personnes soigneusement assortis – certains portant des lunettes et d'autres ne portant pas de lunettes – pour voir quel groupe est infecté le plus souvent. Les preuves d'un tel essai contrôlé seront toujours bien plus solides que les preuves d'une étude observationnelle comme celle du récent article.

Il faut également noter que les auteurs de cette étude ont répertorié un certain nombre de faiblesses. C'était une toute petite étude sur un seul site. Les données des chercheurs pour la population générale provenaient d’une étude beaucoup plus ancienne sur un échantillon qui n’était pas exactement apparié (en termes d’âge, de démographie et d’autres facteurs) à leur échantillon admis à l’hôpital avec COVID-19. Et ils ne pouvaient pas garantir que toutes les personnes myopes de la population générale portaient également des lunettes plus de huit heures par jour.

Donc, bien que cette nouvelle étude soit très intéressante, il y a de nombreuses raisons de se méfier de ce résultat. Nous avons certainement besoin de plus de données avant de pouvoir donner des conseils sur le port de lunettes à côté de nos masques faciaux.La conversation


Simon Kolstoe, maître de conférences en soins de santé factuels et conseiller en éthique universitaire, Université de Portsmouth

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lisez l'article original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *