Catégories
Actualités Insolites

La police dit qu'un adolescent a tué un camarade de classe et a téléchargé un «selfie» avec le corps sur Snapchat !!

AA98hZa.img

Un adolescent de Pennsylvanie a été accusé d'avoir assassiné un camarade de classe et d'avoir posé avec le corps de la victime pour un «selfie», selon les informations.

Les autorités disent que Maxwell Marion Morton, 16 ans, de Jeannette, Pennsylvanie, a tué mortellement Ryan Mangan, 16 ans, au visage avant de prendre une photo avec le corps de Mangan et de la télécharger sur Snapchat, une application pour smartphone qui permet aux utilisateurs d'envoyer des images qui sont supprimés quelques secondes après leur réception, selon le Pittsburgh Tribune-Review.

Morton a envoyé l'image à un ami, qui l'a enregistrée sur son téléphone avant de la supprimer, selon Fox News. L'ami a montré la photo à sa mère, qui a remis l'image à la police, selon Fox News.

"(La police) a reçu une copie de la photo qui montrait la victime assise sur la chaise avec une blessure par balle au visage", indique un affidavit de la police, selon le Tribune-Review. «Il représente également un homme noir prenant le« selfie », le visage face à la caméra et la victime derrière l'acteur. La photo portait le nom «Maxwell» en haut. »

La police a également déclaré que l'ami avait reçu plus de SMS de Morton, disant: "Je vous ai dit que j'avais nettoyé les obus" et "Ryan n'était pas le dernier", selon CBS Pittsburgh.

Le corps de Mangan a été découvert par sa mère, qui a contacté la police, selon le Pittsburgh Post-Gazette. La police a trouvé une photo de Mangan tenant une arme de poing semi-automatique sur son téléphone, a rapporté la Post-Gazette.

Morton, un lycéen et un porteur de ballon de l'équipe de football de l'école, a avoué avoir tué Mangan après que la police ait trouvé une arme de poing de 9 millimètres cachée chez lui, selon le Tribune-Review. Il a été accusé en tant qu'adulte de meurtre au premier degré, d'homicide et de possession illégale d'une arme à feu, a indiqué la Tribune-Review.

Le procureur de la république, John Peck, a déclaré à la Tribune-Review qu'au cours de ses 30 ans de carrière, il n'avait jamais connu un tueur qui avait fait un autoportrait avec la victime.

"Je ne l'ai jamais vu auparavant", a-t-il déclaré au journal, "mais c'était un élément de preuve clé qui a conduit les enquêteurs au prévenu."

Pamela Rutledge, directrice du Media Psychology Research Center et professeur de psychologie et des médias sociaux à la Fielding Graduate University de Santa Barbara, en Californie, a déclaré qu'il y avait une raison particulière pour laquelle certains criminels aspiraient longtemps à présenter leurs crimes.

«C'est vraiment une question de pathologie criminelle plutôt que de technologie», a-t-elle déclaré à la Tribune-Review. «Les auteurs qui ont besoin de valider leur pouvoir et leur sens de l’importance de soi ont utilisé toutes sortes de communications pour se vanter d’activités criminelles – du repaire local aux médias sociaux comme Facebook.»

Roy Hall, un entraîneur de l'équipe de football de l'école secondaire de Morton, a déclaré à la Tribune-Review que la nouvelle de l'incident était une surprise totale.

"Je suis choqué par tout cela", a-t-il déclaré. "C'est dur à croire."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *