Catégories
Actualités Insolites

Facebook va étiqueter tous les articles qui enfreignent les règles

Cet article est republié ici avec la permission de l'Associated Press. Ce contenu est partagé ici car le sujet peut intéresser les lecteurs de Snopes; il ne représente cependant pas le travail des vérificateurs des faits ou des éditeurs de Snopes.

OAKLAND, Californie (AP) – Facebook a déclaré qu'il signalera tous les messages «dignes d'intérêt» de politiciens qui enfreignent ses règles, y compris ceux du président Donald Trump.

Le PDG Mark Zuckerberg avait précédemment refusé de prendre des mesures contre les postes de Trump, suggérant que les bulletins de vote postal entraîneraient une fraude électorale, affirmant que les gens méritaient d'entendre les déclarations non filtrées des dirigeants politiques. Twitter, en revanche, a apposé une étiquette «obtenir les faits» sur eux.

Jusqu'à vendredi, les messages de Trump avec un libellé identique à ceux étiquetés sur Twitter sont restés intacts sur Facebook, suscitant des critiques de la part des opposants de Trump ainsi que des anciens et actuels employés de Facebook. Maintenant, Facebook est presque certain d'affronter le président la prochaine fois qu'il publiera quelque chose que l'entreprise jugera enfreindre ses règles.

"Les politiques que nous mettons en œuvre aujourd'hui sont conçues pour répondre à la réalité des défis auxquels notre pays est confronté et à la façon dont ils se manifestent dans notre communauté", a écrit Zuckerberg sur sa page Facebook annonçant les changements.

Zuckerberg a déclaré que le réseau social prend des mesures supplémentaires pour lutter contre la désinformation liée aux élections. En particulier, le réseau social commencera à ajouter de nouveaux libellés à tous les messages sur le vote qui dirigeront les utilisateurs vers des informations faisant autorité de la part des autorités électorales nationales et locales.

Facebook interdit également les fausses allégations visant à décourager le vote, comme les histoires d'agents fédéraux vérifiant le statut juridique des bureaux de vote. La société a également déclaré qu'elle augmentait sa capacité d'application pour supprimer les fausses allégations concernant les conditions de vote locales dans les 72 heures précédant les élections aux États-Unis.

Ethan Zuckerman, directeur du Center for Civic Media du Massachusetts Institute of Technology, a déclaré que les changements sont un "rappel de la puissance de Facebook en termes de diffusion de la désinformation lors des prochaines élections".

Il a déclaré que les étiquettes de vote dépendraient de la qualité de l'intelligence artificielle de Facebook pour identifier les publications à étiqueter.

«Si chaque article mentionnant des liens de vote, les gens commenceront à ignorer ces liens. S'ils sont ciblés sur des messages qui disent des choses comme «la police vérifiera les mandats et les tickets de circulation impayés aux bureaux de vote» – une tactique classique de suppression des informations sur la suppression des électeurs – et marquer clairement les messages comme desinfo, ils pourraient être utiles », a-t-il déclaré.

Mais Zuckerman a noté que Facebook «avait l'habitude de s'efforcer de ne pas aliéner les utilisateurs de droite, et compte tenu de la fermeté avec laquelle le président Trump s'est aligné sur les informations erronées qui suppriment les électeurs, il semble probable que Facebook se trompera du côté des non-intrusifs et des étiquettes ignorables, ce qui minimiserait l'impact de la campagne. »

Plus tôt dans la journée, les parts de Facebook et Twitter ont fortement chuté après que la société géante derrière des marques telles que la crème glacée Ben & Jerry et le savon Dove a déclaré qu'elle arrêterait la publicité américaine sur Facebook, Twitter et Instagram jusqu'à au moins la fin de l'année.

Ce fabricant européen de produits de consommation, Unilever, a déclaré qu'il avait pris la décision de protester contre la quantité de discours de haine en ligne. Unilever a déclaré que l'atmosphère polarisée aux États-Unis avant l'élection présidentielle de novembre obligeait les marques à agir.

Les parts de Facebook ont ​​perdu plus de 8% vendredi, tandis que Twitter a terminé la journée en baisse de plus de 7%.

La société, basée aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne, rejoint une série d'autres annonceurs se retirant des plateformes en ligne. Facebook en particulier a été la cible d'un mouvement d'escalade visant à retenir des fonds publicitaires pour le pousser à faire plus pour empêcher le partage de contenu raciste et violent sur sa plateforme.
Plus d'histoires techniques:

"Nous avons décidé qu'à partir de la fin de l'année au moins, nous ne diffuserons pas de publicité de marque sur les plateformes Facebook, Instagram et Twitter aux États-Unis", a déclaré Unilever. "Continuer à faire de la publicité sur ces plateformes à ce moment-là ne serait pas ajouter de la valeur aux gens et à la société."

Facebook n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Jeudi, Verizon s'est joint à d'autres dans le boycott de Facebook.

Unilever "a suffisamment d'influence pour persuader les autres annonceurs de marques de suivre son exemple", a déclaré l'analyste d'eMarketer Nicole Perrin. Elle a noté qu'Unilever a réduit ses dépenses "plus longtemps, sur plus de plateformes (y compris Twitter) et pour des raisons plus expansives" – en particulier, en citant des problèmes de "division" ainsi que des discours de haine.

Sarah Personette, vice-présidente des solutions clients mondiales chez Twitter, a déclaré que la mission de l'entreprise est de servir la conversation publique et de garantir que Twitter est un endroit où les gens peuvent établir des liens humains, rechercher et recevoir des informations authentiques et crédibles, et s'exprimer librement et en toute sécurité. . "

Elle a ajouté que Twitter est «respectueux des décisions de nos partenaires et continuera à travailler et à communiquer étroitement avec eux pendant cette période».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *