Catégories
Actualités Insolites

Facebook ajoute des étiquettes aux messages sur le vote avant les élections américaines

Cet article est republié ici avec la permission de l'Associated Press. Ce contenu est partagé ici car le sujet peut intéresser les lecteurs de Snopes; il ne représente cependant pas le travail des vérificateurs de faits ou des éditeurs de Snopes.

OAKLAND, Californie (AP) – À partir de jeudi, les utilisateurs américains de Facebook qui publient des articles sur le vote peuvent commencer à voir un addendum à leurs messages – des étiquettes orientant les lecteurs vers des informations faisant autorité sur la prochaine élection présidentielle.

C’est la dernière étape du réseau social pour lutter contre la désinformation liée aux élections sur sa plate-forme à l’approche des élections du 3 novembre – une mesure dans laquelle de nombreux électeurs pourraient soumettre des bulletins de vote par courrier pour la première fois. Facebook a commencé à ajouter des liens similaires vers des publications sur le vote en personne et par la poste par des politiciens fédéraux, y compris le président Donald Trump, en juillet.

Ces étiquettes seront liées à un nouveau centre d'information des électeurs similaire à celui sur le COVID-19 qui, selon Facebook, a été vu par des milliards d'utilisateurs à travers le monde. Les étiquettes indiqueront: «Visitez le Centre d'information sur le vote pour les ressources électorales et les mises à jour officielles.»

Malgré ces efforts, Facebook continue de faire l'objet de nombreuses critiques sur la manière dont il gère la désinformation autour des élections et d'autres questions. La société a généralement refusé de vérifier les annonces des politiciens, par exemple, et un audit de deux ans de ses pratiques en matière de droits civils a reproché à la société de quitter les élections américaines «exposée à l'ingérence du président et d'autres personnes qui cherchent à utiliser la désinformation pour semer confusion et supprimer le vote.

L'efficacité de ces étiquettes dépendra de la capacité du système d'intelligence artificielle de Facebook à identifier les publications qui en ont vraiment besoin, a déclaré Ethan Zuckerman, directeur du Center for Civic Media du Massachusetts Institute of Technology. Si chaque message contenant le mot «vote» ou «vote» obtient un lien d'information, dit-il, «les gens commenceront à ignorer ces liens.»

Facebook s'attend à ce que la plaque tournante des électeurs atteigne au moins 160 millions de personnes aux États-Unis, a déclaré Emily Dalton Smith, qui est responsable de l'impact social de l'entreprise. L'objectif principal est d'inscrire les gens pour qu'ils votent, a-t-elle dit, mais les informations que les gens verront évolueront tout au long de la saison électorale.

«C'est une élection unique et une saison électorale unique», a-t-elle déclaré. «Nous n’avons certainement jamais connu d’élections pendant une pandémie mondiale.»

D'autres entreprises technologiques, Twitter et Google, propriétaire de YouTube, ont entrepris des efforts similaires autour des élections de novembre. Twitter a déclaré qu'il travaillait à l'élargissement de ses politiques pour faire face aux «défis nouveaux et uniques» liés aux élections de cette année, y compris la désinformation autour du vote par correspondance.

Dans la perspective de novembre, Facebook a déclaré qu'il «parlait activement avec les responsables électoraux du potentiel de désinformation autour des résultats des élections en tant que menace émergente».

La société n'a pas donné de détails sur les menaces potentielles, mais a déclaré qu'un processus de scrutin prolongé où les résultats ne sont pas immédiatement clairs «a le potentiel d'être exploité afin de semer la méfiance à l'égard du résultat des élections».

«Nous prévoyons de lutter contre ce problème en utilisant le Centre d'information sur le vote et le résumé des élections américaines dans Facebook News pour nous assurer que les gens ont facilement accès aux dernières informations et actualités faisant autorité le soir des élections et après», Naomi Gleit, vice-présidente de la gestion des produits et de l'impact social, écrit dans un article de blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *